• Le comparateur de mutuelles santé du Groupe Gesco Assurances

Votre mutuelle Santé en 2 minutes chrono !

N° Vert : 0 800 08 17 35

Appel GRATUIT depuis un poste fixe

Augmentation du tarif de consultation : quelle conséquence sur les remboursements ?

Publié le Vendredi 3 Novembre 2017
Augmentation du tarif de consultation : quelle conséquence sur les remboursements ?

Depuis le 1er novembre 2017, de nouveaux tarifs sont appliqués lors de certaines consultations chez les médecins ou les spécialistes. Lorsque la consultation est dite « complexe » ou « très complexe », le tarif de la consultation sera plus élevé.

Mais combien seront-elles remboursées par la Sécurité sociale et les mutuelles ? Nos explications pour y voir plus clair.

Des tarifs de consultation plus élevés pour certains rendez-vous médicaux

Avant le 1er novembre, il fallait compter 25 € pour une consultation chez son médecin généraliste. Après le 1er novembre 2017, le montant de cette consultation peut être plus important. Certaines consultations sont en effet désormais considérées comme « complexes » ou « très complexes » : elles demandent plus de temps, parfois plus d’examen, et sont donc rémunérées en fonction pour les professionnels de santé.

Deux nouveaux types de consultation :

  • « Complexe », elle a un coût de 46 €,
  • « Très complexe », elle a un coût de 60 €.

Ces types de consultations concernent uniquement des cas spécifiques, qui demandent généralement au médecin de passer plus de temps avec son patient. Par exemple, la prise en charge d’un patient atteint d’une maladie grave, la consultation en cas d’obésité chez les enfants de 3 à 12 ans, la première consultation de contraception chez les jeunes filles de 15 à 18 ans…

Quels remboursements pour ces consultations complexes ou très complexes ?

La Sécurité sociale continue à prendre en charge la consultation à hauteur de 70 % du montant. Cette prise en charge passe même à 100 % lorsque la personne est en affection longue durée.

Les 30 % restants sont remboursés par la mutuelle santé. Chez certains spécialistes, cela pourrait même permettre de réduire les dépassements d’honoraires et donc éviter les dépenses non remboursées. Dans l’ensemble, la hausse devrait donc passer inaperçue pour bien des particuliers… à condition d’avoir souscrit à une complémentaire santé !